Accueil » Médecine

Gardasil : un vaccin efficace contre le cancer du col de l’utérus

24 février 2009 6 Commentaires

 Syringe
Creative Commons License photo credit: Andres Rueda

Suite à la perte de connaissance de deux jeunes filles espagnoles moins d’une heure après avoir subi la deuxième dose de vaccination au Gardasil, le lot auquel appartenaient ces vaccins a été retiré du marché.  Les recherches pour clarifier ces accidents sont en cours. Mais, d’après l’Agence Européenne des médicaments, la thèse d’une relation entre la vaccination et les accidents semble très improbable .

Mais le mécontentement au sujet de cette vaccination enfle notamment en Espagne. Or en France, ce vaccin fait aussi parler de lui : l’AFSSaPS a publié un point d’information et une campagne publicitaire d’envergure a été déployée par l’exploitant du vaccin.

Quel est le virus?

Le virus HPV (papillomavirus) existe sous plus de 100 types différents  repartis en deux groupes :

- ceux responsables de verrues bénignes le plus souvent (verrues plantaires, vulgaires…)

- et ceux responsables de condylomes au niveau des muqueuses génitales et pouvant donner un cancer du col de l’utérus. Parmi les virus de ce groupe, on distingue ceux à haut risque (= les HPV-HR pouvant donner un cancer du col de l’utérus) et ceux à bas risque (HPV-LR).

Le cancer du col de l’utérus est la 2ème cause de cancers chez la femme dans le monde. (250 000 décès par an). En France, il y a chaque année 3000 nouveaux cas et 1000 décès dûs au cancer du col de l’utérus.

Il n’existe pas de traitement antiviral contre ces HPV-HR. Mais on peut enlever les cancers qui résultent de ces virus par chirurgie.

En revanche, il convient de suivre certaines recommandations de prévention :

Utiliser un préservatif permet de diminuer de 70% le risque de contamination.

Il existe un dépistage pour les femmes de 25 à 65 ans qui consiste en un frottis tous les 3 ans (après avoir effectué 2 frottis normaux à 1 an d’intervalle)

Et pour les adolescentes n’ayant jamais eu de rapport sexuel, il existe des vaccins coûteux mais dont l’efficacité contre certains HPV est totale. Ce vaccin existe sous deux formes : un bivalent CERVARIX® (contre les virus HPV-16 et HPV-18) et un quadrivalent GARDASIL®  (contre HPV-16, HPV-18, HPV-6 et HPV-11).

Ces vaccins peuvent aussi empêcher la survenue du cancer anal (population homosexuelle notamment) et de certains cancers ORL (amygdale en particulier).

 

En savoir plus :

- AFSSaPS, Gardasil, point d’information, 19/02/2009 (lien)

- Belot A, Grosclaude P, Bossard N, Jougla E, Benhamou E, et al. Cancer incidence and mortality in France over the period 1980-2005.Rev Epidemiol Sante Publique. 2008 Jun;56(3);159-75 (lien)

- Pharmacritique, Lot de Gardasil défectueux ou effets secondaires? Deux Espagnoles à l’hôpital pour perte de connaissance et convulsions, dont l’une toujours en soins intensifs, 11/02/2009 (lien)

ARTICLES SIMILAIRES :

P Afin de contribuer au respect de l'environnement, merci de n'imprimer cet article que si nécessaire

6 Commentaires »

  • Evelyne dit :

    Bonjour,

    Pour des informations critiques sur le Gardasil et les chiffres véhiculés par les laboratoires, je voulais vous signaler le site « Pharmacritique » qui contient près de 50 articles sur ces questions, tous de sources médicales. Il y est question des controverses médicales étrangères autour de ce vaccin, des critiques de la désinformation par les laboratoires Sanofi Pasteur MSD et Merck ou des diverses initiatives critiques (pétitions, demandes de moratoire, manifestes critiques, etc.).
    On peut lire les articles à partir de ces pages (catégories):

    Gardasil: fortes critiques à l’étranger (ce qu’on ne dit pas en France, mais que des médecins et des journaux médicaux d’autres pays disent haut et fort).
    <a href= »http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/gardasil-tres-critique-a-l-etranger/ »

    Gardasil, Cervarix: conflits d’intérêts (liens financiers des médecins et chercheurs avec les laboratoires qui fabriquent ces vaccins, avec des exemples concrets)
    <a href= »http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/gardasil-cervarix-conflits-d-interets/ »

    Gardasil: HPV, fréquence, co-facteurs, taux de prévalence (pour apprendre qu’une infection même persistante et due à un papillomavirus à haut risque ne provoquera pas toute seule un cancer du col de l’utérus; que la prévalence des HPV 16 et 18 est très différente d’une aire géographique à l’autre, etc.)
    <a href= »http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/gardasil/ »

    Cervarix, vaccin anti HPV (le Cervarix a été autorisé sur une base scientifique encore plus faible que celle du Gardasil)
    <a href= »http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/cervarix/ »

    Si les liens ne marchent pas, vous pouvez accéder aux articles à partir de la liste alphabétique des catégories, à gauche de la page.

    L’information la plus récente concerne l’Allemagne: « Gardasil: réexamen des recommandations vaccinales allemandes suite au manifeste critique de 13 médecins et scientifiques », à lire ici:
    <a href= »http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/04/30/gardasil-reexamen-des-recommandations-vaccinales-allemandes.html »

    Cordialement,
    Une lectrice de Pharmacritique qui vous souhaite bonne continuation !

  • David (author) dit :

    Bonsoir,
    Vous remarquerez que mon article n’est pas une critique du gardasil ni du cervarix mais une éloge de leur efficacité.
    Rien d’après les publications officielles ne permet de mettre en cause directement ces vaccins. Les effets indésirables de ces vaccins sont classiques et le lien de cause à effet entre les décès et le gardasil n’a pas été établi. En outre, ces vaccins sont sous surveillance.
    Merci et à bientôt sur Philapharm!

  • MGFRANC dit :

    Bonsoir,
    je m’étonne de votre éloge du Gardasil et autre cervarix.
    Savez-vous que le cancer du col a causé la mort de 703 personne en 2006 ( source INSERM), 16ème cause de mortalité par cancer en France chez les femmes.
    Sachant qu’encore 30% des femmes ne sont pas suivies par frottis, c’est là qu’il faut engager nos efforts. Pourquoi vacciner inutilement 70% des femmes qui se feront suivre, qui se croiront peut-être protégées par ce vaccin, donc se feront moins dépistées… Déjà des jeunes filles me disent qu’elles n’ont plus rien à redouter, rassurées d’être vaccinées. Mais rassurées de quoi? De votre honteuse campagne terrorisante de pub TV?
    Elles auront une chance infime de décéder de ce cancer si elles sont dépistées par frotti.
    Après 20 ans de médecine générale, je n’ai eu à déplorer le moindre décès par ce cancer. C’est une expérience qui est partagées par tous les confrères que je cottoie.
    Des sommes folles vont être engagées qui pourraient être utilisées à meilleur escient.
    La bataille de ce cancer est déjà gagnée, vous arrivez après la bataille. Alors il ne vous reste plus qu’à instiller la peur pour vendre ce vaccin déjà obsolète.
    Un médecin pas content

  • David (author) dit :

    Bonsoir,
    Rien dans mes dires (cf. article) ne laisse à penser que j’émets une éloge sans réserves à ces vaccins.

    La prévention, c’est en premier lieu veiller à ce que les conseils nécessaires et primordiaux soient mis en oeuvre (préservatif, et biensûr, comme je l’ai rappelé, les frottis !!).
    La vaccination, certes coûteuse mais d’actualité, est aussi un outil radical de prévention dans la mesure où son efficacité sur les HPV les plus virulents est prouvée (et enseignée à deux reprises en cours de virologie et d’immunologie).
    Je ne peux qu’admettre ce que vous dites, vous êtes mieux placé que moi pour ceci! Et je suis, de surcroît, d’accord avec vous! Mais je ne peux, en revanche pas concevoir que l’on affirme que le vaccin soit inutile en complément des autres mesures de prévention (ce n’est pas ce vous dites mais je réaffirme)…

    Au fait, je n’instille pas la peur! Enfin j’espère! Relisez l’article et vous verrez!

    Bien à vous,

    David, un futur pharmacien qui rêve de la concorde médicale.

  • Denis dit :

    Je trouve votre présentation particulièrement tendancieuse sinon malhonnête :
    1) Vous nous dites que Le cancer du col de l’utérus est la 2ème cause de cancers chez la femme dans le monde. Vous oubliez de dire qu’elle n’est que la 8ème en France. Présenter une donnée en pourcentage (le monde) et la faire suivre d’une donnée en chiffre absolu (les 1000 morts en France) ne permet pas de faire de comparaison mais relève de la manipulation la plus grossière.
    2) « il existe des vaccins coûteux mais dont l’efficacité contre certains HPV est totale » : nouvel oubli : vous ne dites rien de l’efficacité dans le temps. En fait la durée de protection vaccinale n’est pas connue après 5 ans.
    3) »Ces vaccins peuvent aussi empêcher la survenue du cancer anal (population homosexuelle notamment) » : Legifrance a publié
    un jugement (31 août 2010) contre le vaccin Gardasil dans lequel il est précisé que l’efficacité protectrice n’a pas été évaluée chez les sujets de sexe masculin.

  • David (author) dit :

    Bonjour,
    Je vais tenter de répondre à vos trois remarques.

    1) Je cite le texte du post :
    « Le cancer du col de l’utérus est la 2ème cause de cancers chez la femme dans le monde. (250 000 décès par an). En France, il y a chaque année 3000 nouveaux cas et 1000 décès dûs au cancer du col de l’utérus. »

    Je ne vois vraiment pas où est la manipulation… Les chiffres sont les chiffres… Je mets l’accent sur l’importance de la prise en charge de cette pathologie. 250 000 décès par an dans le monde dont 1000 en France, ce n’est pas rien. Je ne comprends vraiment pas votre propos.

    2) Le vaccin Gardasil(R) est efficace à près de 100% sur les HPV 16, HPV 18, HPV 6 et HPV 11 (étude versus placebo) pour prévenir l’infection et les lésions. Les études sur l’efficacité à long terme sont en cours. Les pré-adolescentes et adolescentes qui prennent un vaccin de ce type peuvent se considérer protégées pendant au moins tout le début de leur vie sexuelle. Est-ce négligeable ? Compte tenu du laxisme vis à vis de l’utilisation du préservatif ces dernières années ?

    3) L’efficacité sur la population masculine ne fait pas partie des indications autorisées par l’AMM du Gardasil(R). Les études menées pour obtenir cette AMM n’ont pas été effectuées sur des hommes car ce n’était pas la population visée en premier lieu par cette AMM.
    Seulement, il ne faut pas être rigide. 80% des cas de cancers anaux sont dus à HPV 16 et HPV 18.
    Gardasil(R) et Cervarix(R) permettent une vaccination contre HPV 16 et 18. Je vous laisse compléter le syllogisme.
    Les études n’ont pas été faites pour les hommes spécifiquement et l’AMM ne prend en compte cette indication : ce qui interdit une utilisation de ces vaccins dans ce sens. Tout le monde en parle depuis bien longtemps. Je vous invite à lire cette étude publiée par The Lancet du 3 Nov 2010.

    http://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099(10)70219-X/abstract

    Bien cordialement

Laissez votre commentaire !

Ajoutez votre commentaire ci-dessous, ou trackback depuis votre site. Vous pouvez aussi subscribe to these comments par RSS.

Merci pour vos commentaires

Vous pouvez utiliser ces codes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez utiliser votre Gravatar sur ce blog. Pour en obtenir un, s'enregistrer sur Gravatar.

*